Intelligence artificielle : état des lieux dans le secteur public belge

 |   Karen Verstappen

Une étude de Microsoft montre que l’intelligence artificielle (IA) est une priorité pour les décideurs politiques du secteur public

Microsoft a la conviction que l’IA a le potentiel de répondre à des défis sociétaux majeurs tels que le changement climatique, les soins de santé et l’injustice sociale.

Cela a motivé l’entreprise à réaliser une étude sur l’utilisation de l’IA dans le secteur public en Europe occidentale, y compris en Belgique. À partir de discussions avec les acteurs du secteur public, Microsoft est parvenu aux conclusions suivantes :

  • l’IA est une priorité pour les décideurs politiques belges, avec un accent particulier sur une approche sociétale large et uniforme pour le développement à long terme de l’IA ;
  • les organisations du secteur public belge ont tendance à axer les développements de l’IA sur l’innovation et l’engagement civique plutôt que sur la création d’un avantage économique et la croissance.

Où en est-on dans les pouvoirs publics belges ?

Le secteur public a déjà marqué son intérêt pour introduire et commencer à utiliser l’IA. Par exemple, il apparaît que la moitié (56%) des organisations du secteur public belge ont déjà mis en œuvre des solutions d’IA en leur sein. Le gouvernement flamand en est un exemple concret. Il utilise le traitement du langage naturel (NLP) pour classer, transcrire et documenter automatiquement les appels entrants dans leur centre d’appels Vlaamse Infoline. Cela permet aux collaborateurs de répondre plus efficacement aux questions qui leur sont posées, de fournir les informations les plus pertinentes et d’améliorer l’expérience du citoyen.

Didier Ongena, Directeur Général de Microsoft Belux, partage sa vision sur la situation de l’IA dans le secteur public : « Nous sommes convaincus que l’IA a le potentiel pour répondre aux grands défis sociétaux tels que le changement climatique, les soins de santé et l’injustice sociale. Cela a été confirmé par les résultats de l’étude, qui ont montré que les organisations du secteur public belge ont tendance à axer les développements de l’AI sur l’innovation et l’engagement civique plutôt que sur la création d’un avantage économique et la croissance. »

Mettez l’accent sur les compétences

L’étude a également montré que les principales entreprises et organisations d’IA mettent autant l’accent sur le développement des compétences de leur personnel que sur la technologie elle-même. À l’ère de l’IA, les compétences spécialisées telles que la science et la technologie des données sont de plus en plus demandées. Mais il y a aussi des aspects où l’IA ne peut rien, comme la créativité, l’empathie et la résolution des problèmes. Il est clair dès lors qu’il existe un plus large éventail de compétences non techniques qui deviennent encore plus précieuses. Voici quelques exemples de ces compétences non techniques :

  • Négociation ;
  • Management ;
  • Leadership ;

Parmi les répondants d’Europe occidentale, seuls 11 % ont indiqué que leur organisation disposait de la bonne combinaison de compétences en matière d’IA. Il s’agit clairement d’un défi, comme dans le secteur privé.

La SNCB utilise l’IA pour fournir des informations plus précises aux voyageurs

L’IA a le pouvoir de transformer, mais ne peut pas le faire seule. La réussite est autant une question de personnes, de culture et de leadership qu’une question de technologie. Si nous voulons tirer tout le potentiel de l’IA, il faut que ce soit un effort humain. La SNCB en est un bon exemple. Ils utilisent des caméras 4k et la reconnaissance d’images pour compter les passagers dans les trains et sur les quais, et pour cartographier les flux de personnes. Mais cela ne s’arrête pas là. Auparavant, les informations étaient écrites et transmises manuellement, alors que maintenant, grâce à l’optimisation des processus, les informations sont collectées et partagées automatiquement. Cela réduit le risque d’erreurs et d’informations inexactes. Pour les passagers, l’introduction de cette solution IA a permis d’obtenir des informations détaillées et précises sur les trains, tandis que le transfert vers d’autres modes de transport a été amélioré. Pour la SNCB, l’amélioration de l’information aux passagers est source d’informations complémentaires. Par exemple, plus le nombre de passagers est élevé, plus les emplacements dans les gares sont intéressants sur le plan commercial.

——————-

Pour en savoir plus sur la manière dont l’IA est utilisée dans les instances publiques de l’ensemble de la région, consultez notre rapport ‘Artificial Intelligence in the Public Sector: European Outlook for 2020 and Beyond’