Passer au contenu principal
Visuel Digital Skills Week

Digital Skills Week : une semaine pour relever le défi du développement des compétences numériques aux côtés de notre écosystème !

En 2020, 90 millions de salariés avaient un besoin de formation en compétences numériques en Europe [1]. Le développement des compétences est donc un enjeu clé pour le marché du travail d’aujourd’hui et de demain. C’est pourquoi Microsoft a organisé du 31 mai au 4 juin 2021 la première « Digital Skills Week » en France, un événement en ligne et gratuit. Destinée à une large variété de publics (dirigeants, professionnels de l’IT, étudiants, demandeurs d’emploi, Ressources Humaines), cet événement a rassemblé plus de 3000 participants pour mettre le numérique au service de l’emploi et de la relance en France.

Session « Les tendances de l'emploi en France » de la Digital Skills Week De gauche à droite : Samuel Tamba, Partnership Lead chez LinkedIn France, Fabienne Arata, France Country Manager de LinkedIn France et Franck Morel, Senior Fellow - Travail, Emploi, Dialogue Social à l’Institut Montaigne

Session « Les tendances de l’emploi en France » de la Digital Skills Week 

De gauche à droite : Samuel Tamba, Partnership Lead chez LinkedIn France, Fabienne Arata, France Country Manager de LinkedIn France et Franck Morel, Senior Fellow – Travail, Emploi, Dialogue Social à l’Institut Montaigne  

 

Le numérique créateur d’emplois pour favoriser la relance économique française

Le numérique se positionne comme un secteur plus que jamais créateur d’emplois et contributeur de la relance. Encore faut-il, pour cela, identifier les métiers porteurs et les meilleurs parcours de formation.

Il s’agissait d’un des premiers thèmes abordés durant la semaine : « Les Tendances de l’Emploi en France » a permis de faire le point sur la situation du marché du travail dans le pays, de s’interroger sur les mutations intervenues post-Covid et surtout sur les pénuries de talents observées dans certains secteurs. Bonne nouvelle : sur LinkedIn, le taux de recrutement est quasiment revenu à son niveau d’avant-Covid (avec toutefois des disparités selon les secteurs d’activité). Un constat est fait : le digital irrigue désormais l’ensemble des activités et des fonctions dans l’entreprise : les métiers commerciaux et marketing, par exemple, se digitalisent, notamment avec des outils de prospection et de fidélisation s’appuyant sur l’intelligence artificielle.

Au cours de l’atelier «Découvrez 3 métiers porteurs du numérique », les participants ont pu découvrir des professions adaptées à différents profils ; par exemple, le témoignage d’un Data Scientist, qui utilise des connaissances mathématiques et statistiques afin de concevoir des algorithmes capables d’extraire des informations significatives de données que l’homme ne peut pas traiter lui-même, pour permettre à l’entreprise de prendre de meilleures décisions stratégiques ou opérationnelles. D’autres métiers font davantage appel à des compétences organisationnelles et méthodologiques : le Chief Digital Advisor, par exemple, accompagne les entreprises dans la structuration de leurs systèmes d’information pour intégrer les nouvelles technologies. La pénurie de profils qualifiés en matière de cybersécurité a également été mise en lumière au cours de l’atelier « Cybersécurité : quels enjeux et quels métiers ? ». A ce sujet, des entreprises ont même créé des formations dédiées, à l’image de notre partenaire Avanade :

« Nous avons décidé de lancer notre propre cursus de formation, le Cybersecurity Institute, avec un objectif de former des gourous de la cybersécurité » Emmanuelle Berthier, Country Manager Avanade

Dans un mode plus prospectif, Isabelle Rouhan a présenté lors d’une session « Métiers du Futur : quels défis et opportunités ? », des exemples de nouveaux jobs émergeants mettant en valeur l’importance  des soft skills pour s’adapter à ces évolutions et révolutions en continu.

  • Informer sur les dispositifs de formation existants et les moyens de financement

Faute de pouvoir financer une formation, beaucoup abandonnent rapidement l’idée d’une reconversion ou d’une montée en compétences. Pourtant, que l’on soit employeur ou apprenant, des aides et dispositifs de formation peu coûteux voire gratuits existent en France : MOOCs, Ecoles IA Microsoft by Simplon, Compte Personnel de Formation, financement par les OPCO… Malheureusement, ils ne sont pas toujours connus des personnes en reconversion ou éloignées de l’emploi. L’organisme de formation Global Knowledge est donc intervenu au cours de l’atelier « Panorama des dispositifs de financement des formations en temps de Covid » pour présenter des solutions permettant d’acquérir ou de développer ses compétences afin de pouvoir répondre aux besoins du marché notamment en matière de transformation numérique.

  • Rassembler l’écosystème pour susciter des opportunités d’emploi

Les candidats qui arrivent sur le marché du travail après un an de Covid peuvent ressentir plus de difficultés à se projeter dans un nouvel emploi que dans des circonstances normales. Il est important de leur permettre de saisir les opportunités de la société numérique dans laquelle ils évoluent.  En ce sens, Microsoft se mobilise régulièrement aux côtés des institutions de la société civile et de l’ensemble de son écosystème. Microsoft s’est par exemple engagé dans le dispositif 1jeune1solution dans le cadre du Plan France Relance. Par ailleurs, la Digital Skills Week a proposé un Job Dating géant, spécialement à destination des jeunes pour les aider à trouver leur premier emploi. En tout, ce sont 25 entreprises partenaires de Microsoft qui se sont engagées avec 300 offres de CDI et 50 offres de stages/alternances dans le cadre de l’ IT Recruit Week.

Les 516 candidats, en fin d’études, de profil ingénieur, développeur, ou venant d’école de commerce, et passionnés par le monde de l’informatique, ont ainsi bénéficié d’une occasion unique de décrocher leur métier de rêve chez un éditeur de logiciel, une startup ou une entreprise de conseil en technologies. Finalement, ce sont 83 recrutements qui ont été effectués pendant l’IT Recruit Week.

 

Des compétences numériques accessibles à tous pour construire un futur souhaitable

Aujourd’hui, nombre d’emplois requiert des compétences numériques, qu’il s’agisse de simples bases ou d’un niveau avancé. Ce simple constat revient à exclure de fait ceux qui ne maîtrisent pas le numérique d’une grande partie des emplois disponibles, à plus ou moins long terme. Construire un futur souhaitable suppose que chacun, partout, puisse avoir accès aux opportunités offertes par le numérique, et donc ait la possibilité de se former tout au long de sa vie. Chez Microsoft, la volonté de donner à chaque individu et chaque organisation les moyens de réaliser ses ambitions a toujours fait partie de notre ADN. Pour cette raison, il est nécessaire d’une part d’engager l’ensemble de l’écosystème pour favoriser la montée en compétences de tous, et d’autre part, de rendre le numérique le plus inclusif possible.

Des formations au numérique dédiées pour assurer la montée en compétences des collaborateurs et des citoyens 

Soutenir l’égal accès de chaque citoyen et chaque organisation aux opportunités du numérique passe par la mobilisation de l’ensemble de l’écosystème, via des mécanismes de formation dédiés et adaptés.

Durant la Digital Skills Week, Microsoft a ainsi proposé 20 formations techniques différentes, toutes gratuites et à distance. En tout, ce sont ainsi 1 500 participants développeurs et professionnels de l’IT qui ont pu découvrir les fondamentaux de l’Intelligence Artificielle et de la data dans le cloud, appris à implémenter des infrastructures cloud hybrides ou encore à planifier une migration vers le cloud pour ses charges de travail, applications et données sur site.

Les conférences organisées durant la semaine ont également permis de déconstruire les idées reçues sur le niveau de compétences requis pour contribuer au développement d’applications et à l’automatisation des processus métiers. L’atelier « Faut-il être développeur pour se lancer dans le low code ? » y a contribué. Face au pic de la demande de digitalisation et à la pénurie grandissante de profils développeurs, de nombreux collaborateurs ont en effet besoin d’automatiser leurs processus et d’avoir accès à des applications métiers spécifiques. Mais leurs services IT sont parfois dans l’incapacité de répondre rapidement à ces demandes qui se multiplient. Afin d’accélérer la transformation numérique, grâce à des outils low-code adaptés et accessibles, les professionnels de l’IT peuvent dès aujourd’hui permettre à chacun de devenir « Citizen Developers ». Sans être un spécialiste du code, leurs collaborateurs seront alors capables de créer des applications qui répondent à leur besoin, automatiser des tâches ou encore construire des chatbots à partir de modèles établis.

Des stratégies de montée en compétences numérique adaptées au sein des organisations

Chaque entreprise adapte ses politiques de formation en fonction de ses enjeux internes, certains directement liés à leur activité, d’autres généralistes, comme l’a révélé la session « Stratégie de montée en compétences numériques : quels facteurs de réussite ? ». Chez L’Oréal, par exemple, de nouveaux métiers émergent parce que les consommateurs ont changé. Le groupe, leader mondial sur le marché des cosmétiques, a ainsi renforcé partout dans le monde ses compétences en e-commerce et a multiplié par trois en trois ans le nombre de collaborateurs travaillant dans ce domaine. Chez SNCF Réseau, la cybersécurité est devenue l’un des trois plus gros enjeux en matière de montée en compétences numériques suite à la Covid :

« Nous sensibilisons nos équipes avec des sessions régulières sur la nécessité de protéger l’information. […] Plus le digital est présent, plus la cybersécurité doit devenir une priorité de tous pour assurer la sécurité de nos installations. »  Georges Ichkanian, Directeur des Ressources Humaines SNCF Réseau

Session « Êtes-vous prêts à construire un futur souhaitable ? » de la Digital Skills Week De gauche à droite : Claire, étudiante en Consulting et Management des Systèmes, Julien, étudiant en Web Marketing et Big Data, Kristine Naltchadjian, Directrice Education et Recherche Microsoft France et Carlo Purassanta, Président de Microsoft France

Session « Êtes-vous prêts à construire un futur souhaitable ? » de la Digital Skills Week 

De gauche à droite : Claire, étudiante en Consulting et Management des Systèmes, Julien, étudiant en Web Marketing et Big Data, Kristine Naltchadjian, Directrice Education et Recherche Microsoft France et Carlo Purassanta, Président de Microsoft France  

 

Rendre le numérique plus inclusif 

Rendre le numérique plus responsable suppose de mobiliser le plus grand nombre : décideurs, collaborateurs, jeunes générations… puisque nous pouvons chacun, à notre échelle, contribuer à réinventer la société de demain.

Lors du panel « Etes-vous prêts à construire un futur souhaitable ? », Carlo Purassanta, président de Microsoft France, et 2 étudiants ont défini les contours de ce futur souhaitable :

« Dans un futur souhaitable, le numérique sera accessible à tous, et pas seulement aux ingénieurs et informaticiens » Claire, étudiante en Consulting et Management des Systèmes

Cette démocratisation du numérique passera notamment par une sensibilisation au langage informatique pour permettre au plus grand nombre de « dialoguer » avec un ordinateur, d’en comprendre les opportunités comme les limites. Pour bâtir un numérique responsable, les outils et les réflexions issues des sciences humaines peuvent se révéler très utiles, plus que les compétences techniques pures.

« L’intelligence artificielle, c’est quelque chose de génial pour l’humanité, mais c’est dès le début qu’il faut le penser correctement pour éviter de renforcer les inégalités » Julien, étudiant en Web Marketing et Big Data

Le principal message à retenir de la Digital Skills Week : la transformation numérique n’est pas qu’une question de technologies, c’est aussi et surtout un enjeu de compétences critique pour la relance et l’emploi en France. Le numérique s’incarne dans les personnes qui l’actionnent et implique de mener des réflexions, de faire des choix et de cimenter une culture digitale commune afin d’innover au service de la croissance et de l’emploi.

« La technologie arrive dans toutes les industries et change de façon radicale l’organisation du travail des femmes et des hommes. Il faut se mobiliser pour une technologie responsable, porteuse de valeur, qui façonne un futur souhaitable » Carlo Purassanta, Président de Microsoft France

La Digital Skills Week en Chiffres :

  • 25 partenaires recruteurs pour 300 CDI et 50 stages et alternance à pourvoir
  • 516 candidats au Job Dating, 250 entretiens réalisés et 86 offres pourvues
  • 25 organisations apportant leur témoignage lors de 45 sessions, ateliers et formations au numérique
  • 3000 participants en ligne et 100% d’optimisme

L’ensemble des replays de la Digital Skills Week est accessible ici.

1 Etude Mckinsey Global Institute 2020 The Future of Work