Interview : « Grâce à Passwerk, les entreprises informatiques ont accès à une mine d’or de consultants »

 |   Karen Verstappen, PR & Comms Manager Microsoft BeLux

Dans le cadre de la Journée mondiale de sensibilisation à l’autisme, Erik Kerkhofs, Partner Lead chez Microsoft BeLux, a eu le privilège de rencontrer Laurijn Van Gorp de l’organisation Passwerk. Passwerk est une entreprise informatique qui emploie des personnes autistes comme consultants. Chez Microsoft, nous sommes heureux de partager l’histoire de leur conversation avec notre réseau de partenaires.

 

Laurijn, qu’est-ce que Passwerk et qui y travaille ?

Passwerk est une société de services informatiques qui propose ses services exclusivement à des consultants qualifiés atteints d’autisme. Se fondant sur l’idée d’inclusion, Passwerk s’efforce d’offrir à ces personnes des opportunités supplémentaires pour prendre la place qu’elles méritent dans notre société. Nous ne considérons pas leur autisme comme un facteur limitatif, mais nous nous concentrons explicitement sur les talents qui sont souvent associés à cet autisme.

 

Pouvez-vous en dire plus sur ces talents spécifiques ?

Je fais surtout référence ici à des talents tels qu’un esprit hautement analytique, une grande concentration, un excellent sens du détail ou la capacité d’effectuer des tâches très répétitives pendant de très longues périodes. Dans le cadre du modèle Passwerk, nous adaptons nos services spécifiquement au type de mission où ces compétences doivent être très présentes. En combinant cela avec le soutien personnalisé de nos coaches en emploi, nous parvenons à lier avec succès une dimension sociale à un objectif économique.

 

Quels sont donc les services que vous offrez ?

Nous proposons bien sûr les services les plus évidents, comme les tests fonctionnels et l’assurance qualité, et je peux imaginer que vous préférez associer ces types de services à une organisation comme la nôtre. Cependant, nous faisons également du développement de logiciels, par exemple C#, .Net, Python, PHP… Enfin, nous avons récemment ajouté une branche autour de l’intelligence économique.

 

L’intelligence économique ? Ceci est bien sûr très pertinent pour nos partenaires et nos clients, le monde tourne autour des données et de l’intelligence que nous pouvons en extraire.

En effet, elle est encore assez récente et donc encore relativement peu connue. Mais nos consultants en BI offrent un soutien dans le domaine de la préparation des données, permettant au Data Scientist de se concentrer sur ses tâches principales. Passwerk dispose de consultants qualifiés à la fois en SAS (partenariat) et en Microsoft Power BI. Dans ce contexte, nous travaillons actuellement sur un projet chez Atrias : « Le pivot central dans la fourniture d’informations sur le marché de l’énergie ». Dans ce rôle, notre consultant est actif dans l’extraction des données des bases de données qui sont ensuite transformées et chargées (ETL) dans leur application Power BI. À partir de divers ensembles de données, notre consultant crée un modèle de données à partir duquel des rapports peuvent être établis.

 

Quel est le public cible que vous visez ?

La prévalence de l’autisme est en nette augmentation. Alors qu’en 2009, 1 personne sur 165 était diagnostiquée avec une forme d’autisme, ce chiffre est passé à 1 personne sur 67 en 2020 (principalement en raison d’un diagnostic plus ciblé). En d’autres termes, la Belgique compte environ 171 000 personnes atteintes d’autisme, même si toutes n’ont pas reçu un diagnostic officiel « d’autisme ». Il s’agit d’un groupe considérable qui, pour des raisons qui restent obscures, est encore fortement sous-représenté sur le marché du travail professionnel. Dans le cadre de son processus de recrutement, Passwerk recherche donc spécifiquement des talents au sein de cette population. Des personnes qui, soit dit en passant, ont une formation de niveau bachelor ou master et qui nourrissent une réelle passion pour l’informatique.

 

Cela donne en effet à penser qu’il existe là un grand potentiel de talents qui n’a pas encore été exploité. Quel type de profils engagez-vous spécifiquement ?

Une fois qu’un nouveau consultant est en poste, nous essayons toujours de partir des talents spécifiques de chaque consultant. Nous pouvons souvent les répartir en 3 types de penseurs. Premièrement, nous avons les penseurs analytiques. Des personnes qui excellent dans l’analyse de situations ou de problèmes et qui abordent ensuite ces questions avec une forte capacité de résolution de ces problèmes. Ces personnes sont employées comme ingénieurs d’essai, développeurs de logiciels et spécialistes de l’assurance qualité. Ensuite, il y a nos penseurs visuels, des personnes capables de remarquer visuellement les plus petits détails et qui conviennent parfaitement à certaines missions d’assurance qualité. Un excellent exemple est celui de G4S, avec qui nous avons déployé des personnes autistes à l’aéroport de Zaventem pour contrôler les bagages par rayons X afin de détecter les plus petites irrégularités. Enfin, il y a aussi nos penseurs de modèles, des personnes qui sont très douées pour organiser des modèles apparemment irréguliers. Des personnes qui peuvent se distinguer particulièrement dans nos services d’intelligence économique où l’ordonnancement des données est important.

 

J’imagine que votre offre n’est pas encore connue de tous, en dépit du fait que vous êtes opérationnel depuis 2008 ?

Nous avons observé des progrès notables depuis nos débuts en 2008. Cependant, l’un des plus grands défis auxquels Passwerk est confronté aujourd’hui est la stigmatisation de l’autisme. Les gens ont encore régulièrement une idée erronée de ce qu’est l’autisme et de la façon dont il se traduit dans la réalité. En tant qu’entreprise, nous essayons de faire tout ce que nous pouvons, par le biais de divers canaux et initiatives, pour dissiper cette stigmatisation.

 

Comment faites-vous cela concrètement ?

Concrètement, nous déployons nos collaborateurs dans divers environnements professionnels par le biais du sur-mesure et de la gestion des compétences. De cette façon, nous permettons aux entreprises et à leurs employés de faire eux-mêmes le test et de découvrir les énormes capacités qui se cachent derrière ces personnes. Nous collaborons avec des entreprises de premier plan telles que Proximus, Cegeka, Showpad, Belfius, BNP Paribas Fortis, etc.

 

Comment voyez-vous l’avenir ?

La réduction de la stigmatisation constituera sans aucun doute l’un de nos plus grands défis, mais nous avons remarqué que de belles mesures ont déjà été prises ces dernières années. Aujourd’hui, de nombreuses entreprises reconnaissent les talents spécifiques des personnes autistes et nous sommes heureux de constater que la demande pour nos consultants continue d’augmenter (de 68 consultants en 2015 à 140 consultants en 2021).

 

Quel message souhaiteriez-vous adresser à vos clients et partenaires ?

Enfin, et c’est peut-être le message le plus important à faire passer dans ce contexte : on n’aime pas ce que l’on ne connaît pas. Nous avons remarqué que de nombreux clients sont initialement réticents à travailler avec une personne autiste. Cependant, nous avons remarqué qu’une fois qu’ils ont été initiés au concept de Passwerk, tous sont extrêmement enthousiastes à son sujet ! Nous tenons donc à souligner que ce ne sont pas les motivations sociales de Passwerk qui convainquent nos clients, mais plutôt les qualités et les performances quotidiennes de nos collaborateurs.