Microsoft, avec les gouvernements, entreprises, institutions publiques et organisations sociales, signe la Charte pour l’Inclusion Numérique en Belgique

 |   Jonathan Dujardin, PR & Comms Manager Microsoft BeLux

Pour Microsoft, l’inclusion numérique et l’enseignement des compétences numériques sont des priorités. C’est pourquoi Microsoft a rejoint DigitAll qui a pour partenaires principaux BNP Paribas Fortis et Proximus et rassemble aujourd’hui différents gouvernements de notre pays et une trentaine d’entreprises, institutions publiques et organisations sociales. Microsoft et les différentes parties s’engagent à réduire la fracture numérique en Belgique en signant la Digital Inclusion Charter. Dans un monde de plus en plus digital, nous promettons d’entreprendre diverses actions en vue de lutter contre cette exclusion numérique.

Aujourd’hui, Microsoft adhère à l’initiative et scelle son engagement dans le projet en apposant sa signature – numérique, il va de soi – sur la Digital Inclusion Charter. Microsoft consolide ainsi son engagement à promouvoir l’inclusion numérique en Belgique. La charte facilite le développement d’un réseau autour de l’inclusion digitale et contribue en outre à mieux sensibiliser à la fracture numérique.

Neuf engagements 

La Digital Inclusion Charter comporte neuf engagements concrets :

  1. Déterminer et partager les meilleures pratiques afin d’améliorer l’inclusion numérique.
  2. Identifier les obstacles à l’inclusion numérique et des pistes d’actions communes pour les surmonter.
  3. Encourager la direction de la propre organisation à souscrire et piloter cet engagement.
  4. Promouvoir l’inclusion numérique au sein de l’organisation en favorisant la formation interne et en partageant les actions et les progrès réalisés.
  5. Promouvoir l’inclusion numérique en dehors de son organisation afin d’augmenter le nombre de signataires de la Charte et son impact.
  6. Soutenir des campagnes qui visent à faire de l’inclusion digitale un objectif prioritaire, l’ampleur de la fracture numérique restant trop peu connue du grand public.
  7. Implémenter progressivement au sein de la propre organisation une procédure permettant d’évaluer la promotion de l’inclusion numérique auprès des collaborateurs, des clients et des bénéficiaires.
  8. Prendre des mesures pour renforcer la confiance dans les outils numériques et le sentiment de sécurité en ligne et d’armer les utilisateurs contre les abus potentiels.
  9. Suivre la mise en œuvre de la charte et, après trois ans, évaluer cette charte avec les autres signataires afin de dresser le bilan et de définir d’éventuelles prochaines étapes.

Plus d’informations à propos de cette charte ? Cliquez ici.