Développement durable : Microsoft présente son bilan 2020, étape clé vers l’objectif d’une empreinte carbone négative d’ici à 2030

Vue d'un lac

Il y a un an, Microsoft s’est engagé à parvenir à une empreinte carbone négative d’ici 2030 – soit à retirer de l’environnement plus de carbone que Microsoft n’en émet – et à éliminer de l’environnement tout le carbone émis par l’entreprise, depuis sa création en 1975, d’ici 2050. Un an après ces annonces, nous souhaitons partager les premières avancées que nous avons réalisées pour réduire notre impact environnemental et présenter les prochaines étapes clés pour atteindre ces ambitieux objectifs.

Nous publions ainsi aujourd’hui notre rapport de développement durable pour l’année 2020. Il fait le point sur nos engagements afin d’atteindre une empreinte carbone négative et une empreinte eau positive, de devenir une entreprise « zéro-déchet » et de créer notre « Ordinateur Planétaire » pour recueillir des données qui aideront à améliorer la biodiversité sur la planète.

 

En 2020, des progrès concrets quant à la réduction de notre impact sur l’environnement

  • En 1 an, nous avons ainsi réduit les émissions carbone de Microsoft de 6%, soit environ 730 000 tonnes. D’ici 2030, notre objectif est de réduire nos émissions de plus de moitié. Si nous maintenons et améliorons ces réductions au cours des 10 prochaines années, nous atteindrons et, espérons-le, dépasserons cet objectif.
  • Nous avons financé l’élimination de 1,3 million de tonnes de carbone de l’environnement auprès de 15 fournisseurs dans 26 projets à travers le monde.
  • Nous nous tenons à notre objectif de transparence en soumettant les données de notre rapport annuel de développement durable pour examen à une tierce partie (le cabinet comptable Deloitte). Signe de responsabilité, nos objectifs de durabilité deviendront un facteur de détermination de la rémunération des dirigeants de Microsoft, à partir de notre prochain exercice.

C’est également en 2020 que nous avons présenté de nombreuses innovations, comme le Microsoft Sustainability Calculator, maintenant disponible pour les clients de notre cloud Azure, ou encore des contenus pédagogiques pour sensibiliser le plus grand nombre aux pratiques durables à adopter dans notre vie quotidienne, au travers de l’Edition Education de Minecraft. En juillet dernier, nous avons également étendu notre redevance carbone interne au Scope 3 (toutes les émissions indirectes liées au cycle de vie de nos produits) pour impliquer l’ensemble de nos collaborateurs dans notre démarche.

 

6 conditions nécessaires au succès de nos engagements

La décennie qui s’ouvre doit être celle de la concrétisation d’actions en matière de développement durable. Le succès de notre programme repose sur l’élargissement et le renforcement de nos cadres de gouvernance et de responsabilité ainsi que l’instauration d’une véritable culture d’innovation et d’investissement durables. Nous avons ainsi identifié six conditions clés qui doivent être réunies pour garantir une approche cohérente, coordonnée et efficace de l’action individuelle et collective, pour lutter contre le changement climatique :

  • La reconnaissance des risques, en adoptant des cadres communs pour garantir que chaque organisation intègre le risque environnemental au cœur de son processus de gouvernance.
  • L’établissement de normes, et ce bien avant 2030. Les entreprises de tous secteurs doivent se concerter pour convenir de standards de développement durable et de méthodes de mesure communes en matière d’émissions de carbone, de consommation d’eau ou de production de déchets.
  • La numérisation des données du développement durable, qui doivent être rassemblées sur une même plateforme, permettant à chacun et chacune de les analyser et d’en tirer des enseignements.
  • L’investissement dans l’innovation, qui devra s’inscrire dans un cadre bien structuré et approuvé afin de réduire les risques et soutenir les projets qui ont le plus d’impact en matière de développement durable.
  • L’entrée dans une phase de maturité des marchés de compensation et d’élimination du carbone, de reconstitution des ressources en eau et de dispositifs en faveur de la biodiversité, pour répondre à une demande croissante, en toute transparence.
  • La progression des réglementations, coordonnées à l’échelle mondiale, pour limiter les émissions de gaz à effet de serre en accord avec l’objectif de limitation du réchauffement climatique à 1,5°C, tout en respectant les souverainetés politiques et en mettant l’accent sur la nécessité de partager équitablement les ressources de notre planète.

Perspectives : pour une économie sans carbone

Pour parvenir à une économie décarbonée, nous avons identifié chez Microsoft et ses partenaires plusieurs opportunités pour aller plus loin dans l’élimination du carbone au niveau mondial. Nous nous appuyons notamment sur deux axes :

  • Notre Fonds d’innovation pour le climat, lancé l’an dernier et doté d’1 milliard de dollars, qui investit dans de nouvelles technologies visant à accélérer la mise au point de technologies de réduction, de captage et d’élimination du carbone à l’échelle mondiale. Nous pouvons notamment mettre en avant 3 projets :

> Nous sommes à la fois client et investisseur d’un projet mené par la société suisse Climeworks. Utilisant uniquement des énergies renouvelables, la technologie de Climeworks capture le dioxyde de carbone de l’air, qui peut alors être utilisé pour produire des carburants synthétiques, des boissons gazeuses ou encore pour l’agriculture sous serre. Grâce à l’achat par Microsoft des émissions capturées par Climeworks, nous allons éliminer 1 400 tonnes de carbone de façon permanente. A travers notre Fonds d’innovation pour le climat, nous financerons l’usine de capture et de minéralisation du carbone de Climeworks, pionnière et entièrement renouvelable, qui sera basée en Islande.

> Nous soutenons Congruent Ventures, une société de capital-risque en phase de démarrage qui se concentre sur la décarbonisation et les questions liées au climat dans les secteurs de l’énergie, de la mobilité, de l’agriculture et de l’industrie.

> Nous investissons enfin dans la Southeast Asia Clean Energy Facility (SEACEF) afin d’accélérer le déploiement de projets et d’entreprises de grande envergure dans le domaine des énergies propres sur les marchés émergents.

 

  • Notre programme AI for Earth, lancé il y a 3 ans pour permettre aux organisations qui travaillent à la protection de la planète de bénéficier du potentiel de l’intelligence artificielle Microsoft dans leurs recherches et leurs actions. Jusqu’à présent, cela a permis à près de 500 organisations dans plus de 80 pays du monde entier de travailler sur des innovations environnementales qui changent la donne.

Nous nous associons ainsi à CarbonPlan, membre du programme, qui développe une plateforme de données en libre accès et un outil web interactif pour analyser le potentiel d’élimination du carbone des forêts américaines et les risques permanents liés aux incendies, à la sécheresse et aux populations d’insectes.

En France, rassembler l’écosystème pour favoriser l’émergence d’un numérique durable

Microsoft France a publié en 2020 un Livre Blanc « Vers un numérique durable et soutenable » avec pour ambition de proposer une vision partagée du numérique responsable à partir de témoignages d’acteurs de l’écosystème du numérique et de l’environnement, en France et en Europe. Ce manifeste présente également les engagements de Microsoft France pour un numérique durable.

Sobriété numérique, réduction de la consommation énergétique, des datacenters, recyclage des déchets électroniques, préservation des ressources en eau et ouverture de la data sont autant de questions abordées dans ce livre blanc, et pour lesquelles Microsoft apporte avec son écosystème 19 propositions en faveur d’un numérique durable.

Vous pourrez également trouver de plus amples informations sur nos engagements locaux sur la page dédiée de notre site Ambitions.

 

Pour en savoir plus, vous pouvez :

Consulter ici notre rapport de développement durable 2020

Consulter ici le blogpost de notre Président, Brad Smith

Consulter ici le blogpost de notre Chief Environnemental Officer, Lucas Joppa

 

Articles Similaires