Comment faire pour qu’une ville bouge au rythme de la musique ?

Oct 5, 2017   |   Thomas Kersten

Dans un orchestre, plusieurs instruments de musique viennent s’unir pour jouer des parties aussi différentes qu’importantes, produisant une œuvre du meilleur effet. Il arrive parfois, dans une fraction de seconde, que les violons soient à la traînent ou que les percussions s’enflamment ; le concert tout entier peut être mis à mal et cela peut gâcher le plaisir du public. À bien des égards, nos villes sont identiques, car composées de différents services tels que les soins de santé, l’éducation, les services municipaux et les transports en commun. Tout au long de la journée, nous interagissons avec les différentes parties de la ville « orchestre » et nous nous attendons à ce qu’elles travaillent ensemble, de façon harmonieuse.

Le Chef d’orchestre doit maintenir l’harmonie dans son orchestre ; les conseillers municipaux et les autorités locales ont le même rôle pour les villes. Cependant, alors que les villes deviennent de plus en plus intelligentes grâce à l’arrivée de la technologie qui les rend plus durables, plus prospères et solidaires, qui va gérer tout ça et en quoi va consister le poste ?

La réponse londonienne tient en deux mots : Theo Blackwell. Il a été engagé en tant que Responsable numérique afin de faire de la capitale britannique « un même meilleur endroit pour vivre, travailler et investir ». À Paris, on a répondu à la question en recrutant un Responsable des données. Celui-ci doit pouvoir maîtriser la complexité croissante des données et de l’analytique tout en les utilisant au profit du gouvernement.

Peu importe l’approche ou le titre du poste, une chose est indéniable : les dirigeants subissent une pression immense pour rendre leurs villes plus intelligentes, plus sûres et plus efficaces pour leurs citoyens et pour intégrer la technologie à bon escient. Les villes hautement intelligentes doivent connecter la technologie aux données, analyser le tout et l’utiliser pour rester à la page, rien de moins, car d’ici à 2050, 70 % de la population mondiale vivra dans les villes – une augmentation de 2,7 milliards de personnes.

Pour la plupart, les personnes déménagent en ville avec la promesse d’une vie meilleure et plus innovante. Selon Steve Johnson, dans « Where Good Ideas Come From » : « une ville qui était 10 fois plus grande que son voisin n’était pas 10 fois plus innovante, mais 17 fois plus innovante ». Incroyable ! Toute cette pression et cette innovation indiquent que les citoyens requièrent des services plus nombreux et de meilleure qualité, tels que des mises à jour en temps réel des perturbations liées au transport et la possibilité de souscrire aux services en ligne ; les différents gouvernements semblent prompts à y répondre. Toutefois, il est essentiel que de bonnes bases soient également en place : la croissance rapide de l’urbanisation augmente la demande énergétique, la demande en eau potable, et les besoins d’enlèvement des ordures des villes et de leurs environnements.

La transformation ne s’opère pas en une nuit, mais avec les bonnes plateformes technologiques, celle-ci peut être écologique. Nous commençons déjà à en mesurer les effets, surtout quand il s’agit d’améliorer la consommation énergétique. Les autorités de la ville luxembourgeoise d’Esch-sur-Alzette ont conçu une application mobile gérée par Microsoft Azure. Celle-ci extrait les données d’appareils connectés dans toute la ville pour surveiller les niveaux de gaz, d’eau et de chaleur dans les maisons des citoyens. Cela permet une meilleure maîtrise des systèmes d’alimentation. À Gandia, en Espagne, les autorités municipales ont installé plus de 13 000 lampadaires connectés à travers la ville afin de contrôler et surveiller à distance, et par le biais d’Azure, la consommation énergétique. Grâce à ce dispositif, la ville a diminué sa dépense énergétique de 80 % et a réduit les émissions de CO2 dans le même temps.

Les villes utilisent également la technologie pour se remettre plus rapidement d’une catastrophe. L’entreprise eSmart Systems, installée en Norvège, a commencé à déployer des drones, gérés sur Azure, pour aider les villes comme Jacksonville en Floride à rétablir le courant à 280 000 citoyens suite au récent ouragan Irma. Les drones ont permis à l’autorité du secteur de l’électricité de recueillir les données nécessaires pour évaluer les zones touchées afin de déployer les équipes rapidement et en toute sécurité, redonnant ainsi l’électricité aux citoyens.

Les nouveaux outils sont très bons, mais nous pouvons maintenant les intégrer à la conception d’une ville et c’est très important de le faire, car le nombre de villes intelligentes sera de 88 en 2025, selon IHS Technology. Oliver Dawkins est chercheur en urbanisme, visualisation 3D et interfaces de réalité virtuelle et augmentée au University College de Londres. Travail de rêve, selon nous ! Selon lui, la technologie nous permet de concevoir des villes intelligentes de manière incroyablement innovante. Les urbanistes utilisent à présent des visualisations en 3D, conçues selon des données en temps réel, et montrant comment les personnes et les véhicules pourraient utiliser un espace donné. Prenons l’exemple d’un nouveau centre commercial en cours de construction. Un urbaniste pourrait utiliser la réalité augmentée pour visualiser l’incidence du trafic à une heure de pointe sur l’infrastructure environnante ; ce pourrait être la fin des embouteillages.

Dawkins s’en remet à HoloLens, une application de Microsoft, pour collaborer avec des collègues du monde entier. Il peut ainsi tester et répéter différentes solutions, ce qui démultiplie les découvertes et les résolutions de problèmes. Selon lui : « Il est tellement plus facile de vendre des concepts à des collègues plus conservateurs lorsque vous pouvez associer vos idées à une visualisation très détaillée. » En d’autres termes, en matière de technologie, il faut vraiment le voir pour le croire.

Ce n’est qu’un exemple parmi d’autres, car selon l’entreprise Gartner Inc., il y aurait cette année 2,3 milliards de choses connectées utilisables dans les villes intelligentes. Cette croissance de la connectivité numérique démultiplie les vulnérabilités ; les cybercriminels sont déjà prêts à les exploiter à des fins malveillantes. L’année dernière, il y a eu plus de 4 000 attaques de ransomware par jour. Dans son dernier Discours sur l’état de l’Union, Jean-Claude Juncker, le président de la Commission européenne, a qualifié les cyber attaques de : « plus dangereuses pour la stabilité des démocraties et des économies que les armes à feu et les chars. »

Si nous commençons à connecter des données à travers les citoyens, les départements, les dispositifs et les infrastructures, nous devons avant tout être certains que les informations sont en sécurité Les applications et les périphériques qui serviront aux villes intelligentes doivent pouvoir résister aux attaques. Pour ce faire, la technologie se trouve dans le cloud public, notamment à travers des technologies telles que Microsoft Azure qui offre des performances sûres et à grande échelle, et qui dépasse de loin ce que la plupart des organisations peuvent concevoir en interne. Nous devons tous accepter une responsabilité collective en matière de sécurité des personnes en ligne. La sécurité ressemble beaucoup à une répétition d’orchestre. Il se peut que nous ne l’entendions pas, ou que nous ne la voyions pas ; mais nous savons combien il est important de perfectionner les performances globales.

L’avenir des villes est passionnant, nul ne peut prétendre le contraire. Créer et maintenir une ville intelligente demande un travail énorme qui requiert une expertise unique pour guider l’infrastructure de plus en plus complexe de la ville à travers sa propre transformation numérique. Seule une combinaison subtile de nouveaux processus de planification, de solutions intelligentes et d’expertise de sécurité leader dans l’industrie, nous aidera à y parvenir. Grâce à la technologie, les villes fonctionneront de manière harmonieuse et nous pourrons tous bouger au rythme de la musique pour les années à venir.

Cliquez ici pour en savoir plus sur les villes numériquement transformées selon Microsoft. Pour plus d’informations sur Microsoft au salon Nordic Edge Expo 2017, cliquez ici.

Tags: , , , , , , , ,